Chronique : Conquêtes -7- Tanami (Soleil Productions)

Il y a 2 semaines 26

I ls sont une vingtaine à se réveiller sur Tanami, troisième planète du système Auricane. Échoués aux pieds d'un croiseur endommagé, qui sont-ils, d'où viennent-ils et surtout pourquoi se retrouvent-ils amnésiques et perdus sur cette terre qui semble vierge ? Mais très vite la nature humaine, implacable, reprend ses droits et les cruels secrets du passé resurgissent. Car, « ... on peut toujours fuir un monde pour un autre, si on n'a pas fait le ménage avant, dans sa tête et autour, on emportera toujours sa merde avec soi. »

Changement d'angle d'attaque pour le tandem Jarry / Istin (Elfes, Nains ou encore Les Maîtres Inquisiteurs). Avec ce septième opus d'anticipation consacré à la conquête de nouveaux territoires par ce qu'il subsiste de l'humanité, les auteurs campent, dès la première planche, leur action et les principaux protagonistes sur le terrain même du sol que l'envahisseur s'apprêtait à venir occuper. L'atterrissage est brutal mais pas déplaisant, bien au contraire, le récit se chargeant de manière progressive de corriger le tir en apportant les éléments de réponse, contre le cours du temps. Mais, et plus surprenant, ce sont les différends et les relations tempétueuses entre certains personnages qui serviront de structure à l'intrigue, allant jusqu'à tisser des liens directs avec le vécu et le passé de l'autochtone. Conséquence, les repères basés sur la découverte et l'exploration des peuplades extraterrestres, qui jusqu'à présent avaient séduit et apporté une identité forte à la série, manquent à l'appel.

Depuis ses débuts en 2009 avec la série One, Zivorad Radivojevic s'est rapidement forgé une solide réputation de dessinateur hétéroclite, capable de pratiquer un trait hyper réaliste dans tous les domaines. Cela se vérifie avec cette nouvelle histoire de colonisation, riche en décors, appareils futuristes et personnages variés. L'alternance de cases aux tailles diverses et leur découpage n'altère en rien un graphisme soigné qui saura conserver son efficacité pour maintenir le lecteur dans le cœur de la trame et de son ambiance pesante.

En traversant quelques turbulences scénaristique, le vaisseau #7 Tanami perd de l'altitude par rapport au reste de la flotte spatiale de Conquêtes. Néanmoins, il permettra de s'évader et de rester bien cramponné jusqu'à son épilogue.

Par D. Roy

Lire la Suite de l'Article