Dragman, le super-héros travesti qui triomphe des préjugés et des méchants

Il y a 3 semaines 48

Le crime persiste dans la ville. Heureusement, un justicier veille. Batman ? Spider-Man ? Non : Dragman. Soit l’identité secrète d’August Crimp, qui développe ses pouvoirs quand il enfile des vêtements de femme. Dragman a beau avoir raccroché les gants (ou les bas, devrait-on dire), il reprend du service lorsqu’une fillette de sa connaissance lui demande d’enquêter sur Blackmist, opaque corporation qui rachète les âmes des citoyens endettés. Comment concilier la vie de famille et la vie de super-héros ? Comment vaincre des méchants et des préjugés ? Périlleuses questions à laquelle Steven Appleby, dessinateur de presse établi au « Guardian » répond avec beaucoup de fantaisie et de compassion. Cet auteur britannique proche de Posy Simmonds porte lui-même des vêtements féminins depuis le milieu des années 1990. Entretien.

Posy Simmonds : « A Londres, la fracture sociale fait penser à Dickens »

BibliObs. Comment est né ce livre ?

Steven Appleby. Principalement de ma compulsion à me travestir. J’avais déjà créé et utilisé le personnage de Dragman dans une dizaine de strips assez légers pour le « Guardian ». J’avais eu beaucoup de réactions, par courrier ou lors de rencontres. Des lecteurs levaient la main pour demander : « Est-ce qu’on peut avoir plus de Dragman ? ». J’ai commencé à rapprocher les travestis des super-héros. Tous les travestis que je connais ont des vies secrètes. Je ne connais pas leur nom d’homme ni leur métier. C’est la même chose pour les super-héros. Ceux qui co

Pour lire les 86 % restants,
testez l'offre à 1€ sans engagement.

Lire la Suite de l'Article