Le retour de Pif Gadget, encore un coup de nostalgie camarade !

Il y a 1 mois 70

Sous la houlette de l'ancien sarkozyste Frédéric Lefebvre, la quatrième formule du magazine jeunesse, rebaptisé Pif le Mag, paraît mercredi 16 décembre.

Il y a un fort parfum de nostalgie dans l'air. Mercredi 16 décembre paraît une nouvelle formule magazine pour la jeunesse Pif Gadget, rebaptisée Pif le Mag. 120.000 exemplaires seront disposés dans les kiosques pour cette quatrième formule de l'ancien hebdomadaire édité par la presse communiste.

À lire aussi :Hommage à André Chéret, dessinateur du Tarzan à la française

Né en 1969, l'incontournable magazine de bandes dessinées dans les années 1970 et 1980 avait marqué les esprits grâce à son fameux gadget. Tous les mercredis, la France des cours de récré se ruait chez le marchand de journaux pour se procurer cette revue et se délectait des aventures de Rahan, du marin romantique créé par Hugo Pratt Corto Maltese, de Pifou (Glop pas glop!), de Placid et Muzo, Docteur Justice, ou Super Matou. Le succès est tel que la publication tire à plusieurs reprises des numéros à plus d'un million d'exemplaires.

À lire aussi :Pif le chien veut renaître de ses cendres (mais sans son gadget)

C'est sous la houlette de Frédéric Lefebvre, ancien député et ministre de Nicolas Sarkozy, que le magazine effectue sa quatrième renaissance. L'ancien cadre UMP, LR puis Agir a annoncé sa reconversion au JDD, assurant en avoir fini avec la politique, après avoir démissionné de ses fonctions fin 2019. «Avec quelques contributeurs, nous avons racheté et relancé les éditions Vaillant en accord avec L'Humanité. Elles portent toute la partie édition-impression-distribution de Pif le Mag», explique-t-il, précisant avoir obtenu la licence «de Pif et de ses personnages auprès du quotidien communiste, détenteur des droits.»

«Le retour de Pif est un heureux événement, explique le nouveau directeur de la publication au Figaro. Laissons-le pour le moment retrouver ses fans ; qu'ils puissent partager avec leurs enfants et petits enfants leur passion pour cet univers. Nous en avons tous bien besoin en cette période si troublée.»

Pour son retour en kiosque, Pif Le Mag, qui paraîtra chaque trimestre, se présente comme une revue «durable et connectée». Vendu 5,90 euros et comptant 84 pages (plus 4 détachables pour un jeu de l'oie), le magazine compte toucher les «super-jeunes de 6 à 120 ans».

Au sommaire, la revue jeunesse propose des BD, avec Pif, Pifou, Placid et Muzo ou encore le Concombre masqué de Nikita Mandryka. Mais aussi six planches de Rahan inédites depuis 1979. La revue promet également un nouveau personnage baptisé Pifi, alias le fils de Pif.

Les pois sauteurs du Mexique, un des grands gadgets de Pif dans les années 70. DR

Autre nouveauté, un contenu rédactionnel tourné vers l'écologie comme le suggèrent fortement le logo et la couleur de ce premier numéro. Le lecteur y découvrira un reportage sur Tara Océan, le bateau qui sauve la planète, ainsi que «trois gadgets écolos» dont les fameuses graines de pin à faire pousser, qui furent un des «gadgets star» de Pif gadget aux côtés des pois sauteurs du Mexique, du Kazoo ou des «Pifises», des petits œufs de crustacés qui retrouvaient la vie une fois plongés dans de l'eau minérale.

«Le retour de Pif Gadget en kiosque m'apparaît comme une sorte de grande bouffée de nostalgie. Il est vrai que cette “marque” qu'est devenue Pif gadget, fait encore rêver bon nombre de gens, estime le rédacteur en chef des Cahiers de la bande dessinée Vincent Bernière. C'est, je crois, le quatrième retour de cette revue. Laissons-lui sa chance de conquérir un nouveau public.»

Créé en 1969 sous l'égide attentive du Parti communiste, Pif Gadget a en effet marqué les esprits de générations de petits français. Le secret du succès d'un tel magazine tenait aux gadgets et aux aventures de ses héros humanistes, solidaires et fraternels. Sur le plan historique, Pif Gadget est issu du Jeune Patriote, journal clandestin de la jeunesse résistante, qui, à la Libération, sous l'impulsion du peintre René Moreu, est devenu Vaillant.

La mort de Rahan dans Pif gadget, l'une des plus grosses ventes du magazine... DR.

«Indéniablement, Pif a marqué les mémoires des enfants ayant grandi dans les années 1970 et 1980, poursuit Vincent Bernière. Je me souviens de la parution du Pif Gadget sur la mort de Rahan, qui s'était vendu à un million d'exemplaires, et avait nécessité plusieurs retirages, notamment en profitant du papier habituellement attribué à la revue Télé 7 jours.»

Après un premier retour en mensuel entre 2004 et 2008, sous l'égide François Cortegianni, l'ancien magazine aux idéaux communistes a ensuite opté pour une formule trimestrielle entre l'été 2015 et mars 2018, avant de s'arrêter faute de lecteurs. En 2018, il avait tenté un troisième retour, grâce à une levée de fonds participative, pour paraître à nouveau chaque semaine.

La quatrième tentative sera-t-elle la bonne? «Hélas, analyse sobrement Vincent Bernière, je crains que la résurrection de Pif Gadget soit une initiative délicate et dédiée uniquement aux nostalgiques. Les enfants d'aujourd'hui ne connaissent plus Pif le chien ou Pifou, encore moins Placid et Muzo. Ils lisent Mortelle Adèle, Ariol, ou Naruto et jouent aux jeux vidéo en ligne. C'est surtout à la génération de leurs parents ou même celle de leurs grands-parents que s'adressent Pif Gadget. J'espère me tromper...»

Lire la Suite de l'Article