Wuvable Oaf

Il y a 3 semaines 62

L'histoire :

Oaf est un peu flippant au premier regard. Il est taqué comme un bûcheron et il développe une pilosité hors norme, donc logiquement il porte une barbe bien costaud, elle aussi. Pourtant, c'est un type adorable. Ce matin, il roupille encore quand ses chats le prennent pour un terrain de jeu. Alors il se réveille un peu en pétard, mais c'est parce qu'il est gêné qu'ils aient vu son corps dénudé. Hop, il prend une bonne douche et une fois clean, s'empare de son rasoir électrique. L'objectif est de tout débroussailler. Le résultat, c'est que son plancher ressemble maintenant à s'y méprendre à celui d'un salon de coiffure. Ah et puis ses chats s'amusent encore avec les touffes épaisses de poil qui résultent du rasage ! Oaf récupère l'ensemble dans divers sacs et se dirige dans une autre pièce, qui abrite des dizaines de poupées ressemblant à des gremlins. C'est avec les poils qu'il les fourre. Une fois l'opération délicatement effectuée, il se rend chez sa copine Debbie, qui tient une boutique de poupées et lui refourgue la camelote, en échange de quelques billets. Quelque temps après, il retrouve un gars avec qui il a rencard, dans un parc. Ils causent de tout et de rien, des tatouages d'Henri Rollins... et ils s'embrassent. Le gars est punk et il se retrouve avec un paquet de poils de barbe coincés entre ses dents ! De son côté, Oaf a deux beaux trous dans sa barbe... Ils s'embrassent à nouveau et cette fois-ci Oaf s'emballe un peu... alors le gars se retrouve avec deux ou trois ratiches en moins et du sang plein la bouche. Oaf est confus, il ne l'a vraiment pas fait exprès. En plus, il a sûrement avalé les dents de son boyfriend du moment....

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Wuvable Oaf est une série indépendante qu'Ed Luce a auto-éditée avant que Fantagraphics Books lui propose un deal. Elle met en scène le quotidien d'Oaf Jadwiga, un type au physique imposant qui tombe amoureux du chanteur d'un groupe de Grindcore. Bien que les qualificatifs comme «gay, bear» ou encore «queer» n'apparaissent jamais dans le livre, c'est bel et bien à ces cultures et communautés que se réfèrent ces épisodes, souvent courts mais qui constituent un ensemble parfaitement cohérent. L'auteur alterne très habilement l'humour, souvent cru, parfois même absurde, avec une forme de romance désabusée, car si le sexe a la part belle dans le mode de vie des personnages décrits, Oaf, lui, veut vivre une relation amoureuse comme elle se doit : authentique et harmonieuse. Aux US, la série est devenue culte, car elle a rencontré un large public, qui va très au delà de celui concerné par l'orientation sexuelle. Et cela n'est pas dû strictement au fait que les chats ont aussi une part importante (leurs démêlés avec leur maître et entre-eux sont un thème récurrent, qui amène des breaks hilarants) ou encore qu'on trouvera des dizaines et des dizaines de références aux groupes alternatifs Punks ou Metal. Non, ce qui fait qu'on peut tous se projeter dans le personnage d'Olaf, c'est tout simplement son humanisme, sa bienveillance, voire même sa naïveté, bref, sa quête de l'Amour. Pour ce qui est des graphismes, Ed Luce a choisi le noir et blanc, ce qui amène un côté classique indé à son comic book, quand son dessin est sobre, bien que très travaillé. Son trait est en effet stylisé et équilibré, puisqu'il maîtrise les courbes assez arrondies de ses personnages avec un design géométrique, si bien que très vite, on s'aperçoit qu'il a un style propre à lui, sans pour autant se laisser aller à la démonstration. Sa mise en page est d'ailleurs du même acabit, à priori ça ne paye pas de mine mais en réalité, tout est sacrément bien agencé. Voici donc une série fort sympathique et particulièrement originale que nous proposent, une fois de plus, les éditions Komics Initiative.

Lire la Suite de l'Article