Avec Benoît Peeters, la bande dessinée fait sa rentrée au Collège de France

Il y a 1 mois 66

Théoricien et scénariste de bande dessinée, Benoît Peeters est nommé à la prestigieuse chaire annuelle de Création artistique du Collège de France pour l’année à venir. L’objectif ? Implanter la BD dans le monde universitaire et éduquer les publics au neuvième art.

La chaire de création annuelle de Création artistique du Collège de France est destinée à accueillir, pendant un an, une personnalité qui illustre la création artistique contemporaine. Après l’architecture en 2021/2022 dont Christian de Portzamprac s’était fait l’émissaire, c’est au tour de la bande dessinée d’être célébrée et à Benoît Peeters d’en porter la voix. Selon ce spécialiste d’Hergé passé par l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) et théoricien réputé du neuvième art, sa carrière universitaire lui confère une légitimité nécessaire, comme il le disait au « Point », le 25 octobre dernier :

La suite après la publicité

« On aime bien quelqu’un qui parle de la bande dessinée, mais qui a donné des gages à la culture légitime, même si je suis plutôt dans la transmission d’un gai savoir que partisan d’une approche très savante. Je le dis sans animosité aucune, mais il est sans doute plus gratifiant à ce jour d’écrire sur la bande dessinée que d’écrire de la bande dessinée. Après, parler de la bande dessinée au Collège de France peut séduire aujourd’hui un public qui n’en lit pas encore. »

LIRE AUSSI > Avec « Revoir Paris » et leurs machines, Schuiten et Peeters entrent au musée

Mais l’ancien élève de Roland Barthes ne se limite pas à théoriser, puisqu’il est également réalisateur, écrivain et scénariste et son talent est reconnu par ses pairs. En 2002, il recevait, avec François Schuiten, le Grand Prix du Festival d’Angoulême pour « Les cités obscures », série d’albums cultes publiés entre 1983 et 2009.

« Il reste quelques territoires à conquérir »

Le 27 octobre prochain, Benoît Peeters ouvrira son mandat avec une leçon inaugurale intitulée « Un art neuf ». Les classes, ouvertes à tous, démarreront le 8 novembre et continueront jusqu’au 17 janvier. Au programme, huit cours et huit séminaires, pour lesquels le scénariste invitera quelques grands noms du neuvième art à parler d’albums incontournables : Tristan Garcia, Aurélia Aurita et Elsa Caboche, pour ne citer qu’eux.

LIRE AUSSI > Comment parler de gastronomie en BD : le dialogue Peeters-Maisonneuve

La suite après la publicité

Si la bande dessinée se porte bien d’un point de vue commercial, elle est toujours dépréciée dans les milieux universitaires et peu analysée sur le plan théorique, regrette Benoît Peeters lors d’un entretien pour le Collège de France :

« Pour ce qui est de l’université, la bande dessinée a longtemps été un parent pauvre, mais cela commence à bouger. Puisque la bande dessinée est une lecture à part entière, et non une simple porte d’entrée dans la lecture, elle doit trouver place dans l’enseignement. Il est donc indispensable qu’un professeur puisse l’aborder avec des outils qui ne sont pas ceux de l’analyse littéraire ou d’un autre art. Comme vous le voyez, il reste quelques territoires à conquérir. »

Avec un peu de chance, c’est sur les bancs du Collège de France que la BD réussira à sortir de ses cases.

Lire la Suite de l'Article