Chronique : Albert Londres doit disparaître (Glénat)

Il y a 1 mois 46

A u sommet de sa notoriété, Albert Londres n'aspire qu'à prendre un repos bien mérité en écrivant ses mémoires et profiter de ses futurs petits-enfants. Avant cette retraite, l'écrivain reporter a une dernière enquête à mener. Suite à la réception d'un câble provenant d'une vieille connaissance en Chine, l'homme décide d'embarquer pour revenir sur des terres qu'il connaît bien. S'il feint d'y aller pour couvrir le conflit sino-japonais, peu de monde est dupe sur ce qu'il prépare : une nouvelle grande enquête. Sa fille, comme ses amis, n'en sauront pas plus, mais il le promet, il sera de retour dans quelques mois. Ce voyage attire les regards de bien du monde et Albert va se retrouver surveiller de toute part...

Pour son deuxième scénario de bande dessinée, Frédéric Kinder a décidé de jouer avec les angles morts d'un mythe. Albert Londres représente en effet le prototype du journaliste engagé, prêt à courir le monde pour dénoncer les inégalités, couvrir les conflits les plus éloignés ou raconter le calvaire d'une minorité. De 1914 et le bombardement de la cathédrale de Reims à la fin des années 1920 et les Balkans, en passant par l'exploitation des Africains au Congo, la Russie bolchévique, le tour de France, les asiles psychiatriques hexagonaux, les prostituées françaises en Argentine, les bagnes de Cayenne, la montée de l'antisémitisme en Europe entre deux guerres, l'éveil de l'Inde ou la bande à Bonnot, le CV est impressionnant.

Autant craint que reconnu, l'homme à la plume acerbe a vécu une fin entourée de mystère. Et c'est dans cette brume que le scénariste s'engouffre pour construire son déroulé. Le parti pris des auteurs est clair dès le titre de leur album : leur héros dérange et devra être éliminé. Pourtant, même si l'issue est connue, ils parviennent à entretenir le suspense en jonglant constamment avec les faits avérés et les rebondissements. Mêlant habilement vérité historique et fiction, ils raccordent leur trame au contexte de l'époque, posant même les jalons des guerre de l'opium à venir. Grâce à une mise en page sobre et efficace, Borris rend chaque séquence claire et garantit l'immersion. Dans un style original, l'artiste imprime de belles ambiances à ce thriller passionnant tout au long de sa centaine de planches.

Prenant, mené tambour battant, Albert Londres doit disparaître offre une vision fictionnelle et romanesque de la fin d'une légende du journalisme. Les auteurs livrent ainsi une histoire crédible à défaut d'être véridique, mais l'essentiel est bien là : un album qui se lit d'une traite et donne envie de redécouvrir un homme hors norme.

Lire la preview.

Lire la Suite de l'Article