Chronique : Arte -15- Tome 15 (Komikku Éditions)

Il y a 4 mois 74

A ccusée à tort de comploter contre l’Église, Arte a fui Florence en compagnie de l’infante Caterina qui compte en faire la portraitiste officielle de la cour impériale. En attendant de partir pour la lointaine Castille, la jeune artiste séjourne quelques jours chez son oncle où elle retrouve sa mère. Il lui faut saisir l’occasion de renouer leurs liens, avant de quitter l’Italie.

Quelques mois après un quatorzième tome décisif, revoilà l’héroïne haute en couleurs et attachante imaginée par Kei Ohkubo, dans un volume plus intimiste qui vient clore l’arc italien et ouvrir vers la suite espagnole. Comme à son habitude, la mangaka prend soin des aspects relationnels de son récit en y intégrant la maturation acquise par Arte entre temps. Elle évoque la réalité des mariages à la Renaissance et met en lumière celui des parents de la jeune fille. Les adieux faits et l’apaisement installé, le récit s’installe ensuite en Espagne et amorce une phase de découvertes à travers quelques séquences qui montrent les situations politique et économique dans la péninsule. Le tableau s’avère plutôt sombre et le statut d’étrangère du personnage aura assurément toute son importance. Graphiquement, le style reste dans la lignée de la série, à la fois vivant, dynamique, précis dans les détails et expressif.

En conclusion, ce volume intermédiaire conserve les qualités de la saga et donne envie de découvrir les prochaines péripéties de la peintre.

Par M. Natali

Lire la Suite de l'Article