Chronique : Dans la boîte (Delcourt)

Il y a 2 semaines 28

L es petits boulots ingrats et mal payés, Lénaïc Vilain les connaît bien. Veilleur de nuit, agent de sécurité, etc., ces classiques jobs d’étudiants (ou d’auteurs de BD en devenir), il les a tous testés. Tous ? Pas si sûr, puisqu’un nouveau joueur gros consommateur d’intérimaires malléables à souhait s’est imposé ces dernières années, il œuvre dans la vente par correspondante. Après un énième entretien d’embauche raté, Lénaïc va avoir la joie d’embaucher chez Zamazon. En ces temps de pandémie, mieux vaut ne pas être trop exigeant, si on veut croûter et pouvoir payer son loyer.

Davantage reportage en immersion que brûlot syndicaliste, Dans la boîte suit les débuts et la courte carrière de l’auteur de Bons baisers d’Iran au cœur d’un des méga-entrepôts de la maison de Jeff B. Après une formation express, il est bombardé préparateur de commandes (comprendre remplir des cartons) dans un univers quasi-stérile où l’efficacité et la productivité sont les seules valeurs qui comptent. Des gentils managers veillent d’ailleurs au grain pour vous motiver et vous rappeler que tous vos faits et gestes sont surveillés. Le moindre écart ou baisse de rythme sont instantanément remarqués, adressés et corrigés. Résultat, Lénaïc se retrouve presque immédiatement au Wall 12, «l’allée des gros nuls» dixit sa voisine de poste. Vingt-et-une-heures sonne, fin du quart, merci, à demain. Le programme ? Le même, mais en un peu plus rapide s’il te plaît.

Aliénation totale, règles orwelliennes et ambiance kafkaïenne (à moins que ne ce soit l’inverse), la description de ces journées dignes de Sisyphe est implacable. La rébellion ou ne serait-ce qu’un minimum respect sont des notions qui ne passent pas les grilles. Au-delà de son propre exemple, Vilain dresse un portrait impitoyable de ce qui se cache derrière une partie des succès de l’économie 2.0 et les conséquences de nos commandes en ligne.

Dessins rapides et nerveux à la limite du crobard, humour évidemment désespéré mais heureusement non dénué d’un second degré salvateur et une vraie volonté de montrer la réalité de choses de la façon la plus honnête, Dans la boîte est une lecture directe, sincère, aussi drôle que déprimante.

Par A. Perroud

Lire la Suite de l'Article