Chronique : De Cape et de Mots (Dargaud)

Il y a 1 mois 63

S érine (de son vrai nom Séraphine Marie-Geneviève Alexandrina de Notre-Dame Chancies du Jousselinier Senetre les Castiche de l’Auberivière sié l’Ostel de la Colline !) vit dans un vieux manoir avec ses parents et ses frères. Face à un père à l'état de santé inquiétant, une demeure qui se délabre et des finances familiales très moroses, la jeune fille pétillante de vie et peu disposée à suivre les enseignements rigoureux imposés par sa mère dénote quelque peu. Promise à un imminent mariage, elle s’y refuse et prend seule la route du château où elle a bien l’intention de devenir demoiselle de la Reine. Une fois sur place, elle comprend rapidement que faire partie de la Cour de Sa Majesté est un défi de chaque instant et que coups bas et complots en tous genres vont bon train…

Forte du succès de son roman en 2015, Flore Vesco s’associe aux Kerascoët (lauréats 2022 du grand prix de l’affiche du festival Quai des Bulles) pour proposer une adaptation de De Cape et de Mots. Très rapidement, cette héroïne rusée et amatrice de bons mots (un héritage des lectures tardives de son père) accroche le lecteur. Malgré des épisodes compliqués, Sérine ne baisse jamais les bras et se fait peu à peu une place dans un environnement pourtant relativement hostile pour une fille de sa condition. Prenant l'allure d’une succession de saynètes, le récit donne tout autant l’occasion de rire que de s’inquiéter pour la protagoniste.

Les choix graphiques du duo de dessinateurs s’avèrent particulièrement pertinents. Le trait dynamique (mais jamais agressif) illustre avec élégance cette histoire toute en nuances. Reposantes, les couleurs poudrées créent une ambiance de boudoir très agréable.

Rafraichissant et sans temps mort, De Cape et de Mots offrira un charmant moment de détente aux lectrices et lecteurs de tous âges.

Par D. Kebdani

Lire la Suite de l'Article