Chronique : Four in love (Paquet)

Il y a 5 mois 179

L ’Amour est un fil des plus solides mais si facile à rompre… et pour Crystal Kung, il sera rouge !

Après le joli, mais trop confidentiel Petit vagabond , la jeune illustratrice taiwanaise revient chez Paquet avec Four in love.
Elle le confesse elle-même en prologue : je ne pense pas avoir la capacité d’aimer quelqu’un ! Mais alors comment parler d’Amour ? Peut-être en évoquant, simplement, en quatre courtes histoires, ce qu’il pourrait-être ou ce qu’il n’est pas…

La première d’entre-elles est tirée d’un mythe chinois et dérivée d’un travail de seconde année à la California Institute of the Arts. Les trois chapitres suivants sont inspirés d’expériences par procuration dans un style à la fois naïf et plein de tendresse. Au travers d’un format atypique construit autour de deux à trois cases par planches, Crystal Kung soigne - sur sa Wacom - sa lumière comme ses regards et surtout les non-dits ; ce faisant, elle se livre, dans une approche graphique proche de l’animation, sur les affres du sentiment amoureux.

Four in love est un album muet qui en dit autant, si ce n’est plus, que bien des discours… à savourer.

Par S. Salin

Lire la Suite de l'Article