Chronique : La jeune femme et la mer #1 (Dargaud)

Il y a 1 mois 54

E n 2018 puis en 2019, Catherine Meurisse se rend en résidence au Japon. Confrontée à un pays qui lui est étranger, elle éprouve l’envie de le peindre ! Ce faisant, la dessinatrice de Delacroix se mélange quelque peu les pinceaux… en parlant de nature en lieu et place de paysages !

La notion de paysage est née en Chine, au IVème siècle sous le terme 山水, Sanshui, littéralement Montagne-Eau. À la même époque, Zong Bing dans son Introduction à la peinture de paysage définit celle-ci comme la capacité à aller au-delà de la simple représentation des choses afin d’atteindre une forme de spiritualité. De fait, les définitions sont nombreuses, mais si la "nature" est une réalité dont peut rendre compte un géographe ou un agronome, le concept de paysage implique, a minima, une certaine distanciation au sujet et un processus d’interprétation où la culture joue un rôle primordial. Ceci explique qu’une même vallée peinte par un Japonais et une Française donnera probablement lieu à deux "paysages" différents.

La jeune femme et la mer est le récit de la découverte d’une nouvelle esthétique. Pour cela, Catherine Meurisse travaille d’abord par analogie avec ce qu’elle connait, bien qu’elle soit ici dans le but de « renouveler sa banque d’images visuelles ». Mais rapidement, elle s’appuie sur ceux et celles qu’elle côtoie pour l’accompagner dans son acculturation paysagère. Ainsi en est-il de Nami, hôtesse à l’élégance intemporelle, qui fait corps avec Dame Nature, dans ce qu’elle a à la fois de plus violent et de plus apaisant ; ou bien encore de cet amateur de haïkus à la recherche de l’impassibilité qui lui permettra de saisir la fugacité du Qi et de la retranscrire à travers ses toiles. Hésitant et drolatique lorsqu’il est question de parler d’elle et de ses déboires autochtones, le graphisme de Catherine Meurisse sait se métamorphoser pour, au détour de quelques vignettes, faire référence aux maîtres de l'estampe, ou s’incruster de peinture sur de belles pleines pages.

Décliné en une belle palette de couleurs, sensible, touchant, dessiné avec humour et à propos, La jeune femme et la mer n’est pas simplement un carnet de voyage, c’est aussi une manière - quasi philosophique - de renouer avec le monde qui nous entoure.

Émotions encrées
Sur un pays au Levant
Me font voyager

Par S. Salin

Lire la Suite de l'Article