Chronique : Mythes et meufs (Dargaud)

Il y a 3 semaines 35

E lles s’appellent Daphné, Elsa, Lilith, Karaba, Méduse, Pénélope, Judith, Shéhérazade, Cybèle, Pocahontas, Ève ou Sadness. Reines, nymphes, déesses, princesses terrestres ou marines, bonnes fées ou sorcières, enfants innocentes et même chevaleresses, elles peuplent les légendes. Pourtant, fictives ou réelles, elles auraient beaucoup à redire de l’image qui leur a été trop longtemps collée. Heureusement, elles ont trouvé en Blanche (ni oie, ni « Neige ») Sabbah une porte-parole aussi habile que convaincante.

Engagée pour la cause féminine (contre les féminicides et dans la vulgarisation des concepts féministes), l’artiste a d’abord partagé les mini bandes dessinées de Mythes & meufs sur le compte Instagram de Mâtin ! la revue digitale de Dargaud. Fortes de leur succès numérique, ces publications tentent maintenant l’aventure de la déclinaison dans un album imprimé de format carré et de qualité. Chacune des vingt-et-une figures mises en avant est développée sur cinq pages, selon une configuration simple, efficace et, surtout, instructive. En effet, la bédéiste ne se contente pas de résumer en quelques lignes et images croquées sur le vif l’histoire de chaque héroïne, elle la double d’une interprétation soulevant certaines problématiques, avant d’offrir une vignette révélant la vision actuelle de la personnalité présentée ou du schéma qu’elle véhicule. Elle approfondit le sujet à travers une page apportant davantage d’explications et proposant parfois d’autres lectures ou films. Questions du genre, du sexe, de la sexualité (sage ou « débridée ») et des modèles sociétaux (notamment patriarcal) sont ainsi abordées à travers un prisme qui fait la part belle à la sororité et décortique carcans et idées reçues.

Nul besoin d’être un.e activiste acharné.e, ni un.e pro-woke pour apprécier Mythes & meufs qui, tout en légèreté, aborde des thématiques intéressantes et en invitant à la réflexion. À lire et à méditer.

Par M. Natali

Lire la Suite de l'Article