Chronique : Saga (Vaughan/Staples) -10- Tome 10 (Urban Comics)

Il y a 1 mois 54

A près un hiatus de trois ans nécessaire afin de recharger leurs batteries, Fiona Staples et Brian K. Vaughan sont de retour avec la suite de Saga ! Série majeure de ces dix dernières années, l’épopée désespérée d’Alana et de sa famille à travers une galaxie à feu et à sang a su et continue de captiver. L'histoire stoppée en pleine crise, au moment où Marko venait de passer de vie à trépas, avait laissé les lecteurs dans le plus grand désarroi.

Moitié space-opera, moitié fantastique, le tout imprégné de l’air du temps, Vaughan a créé un impressionnant laboratoire narratif épique. Comme il est toujours dangereux de changer une recette gagnante, cette suite différée reprend à peu près les mêmes ingrédients, avec néanmoins plusieurs nouveautés percutantes. Album de transition, ce tome dix met permet de boucler l’arc précédent et de mettre la table pour la suite des évènements. Sans trop en raconter, la difficile période du deuil est adressée d’une manière magistrale et une brochette de nouveaux personnages truculents et/ou inquiétants font leur apparition. Quelques éléments d’actualité sont également présents au fil des six chapitres, mais heureusement, ne tirent jamais la couverture à eux. Le travail de dentellière du scénariste reste invariablement précis et efficace : action pure, sensibilité et humour sont intimement entrelacés sans discordance, ni rupture apparente.

Aux pinceaux, Staples demeure au sommet de son art. À l’instar du scénario, elle mêle la technologie à la magie, en passant par le terre-à-terre le plus concret sans aucune forme de seconde pensée. Faisant ainsi, elle dynamite pas mal d’idées reçues à propos de la science-fiction et, en corollaire, ouvre de nombreuses voies inédites à ce genre pourtant tellement balisé. La part belle est réservée aux protagonistes. Inventifs, issus d’une mythologie ou d’un imaginaire aux racines universelles, voire d’une story Instagram© ou autres, ceux-ci sont dépeints avec un réalisme et une présence saisissantes. Peu importe qu’ils soient cornus, ailés, amphibies, bioniques ou le tout mélangé, l’émotion et le ressenti passent, tout simplement.

C’est reparti pour un tour ! Saga persiste à surprendre (en bien) en proposant un récit tentaculaire aux mille surprises thématiques et visuelles. Un véritable classique établi qui n’hésite pas à se remettre en question : à ne manquer sous aucun prétexte.

Par A. Perroud

Lire la Suite de l'Article