Chronique : Ténébreuse -2- Livre second (Dupuis)

Il y a 2 semaines 20

Q uel est le poids de l'hérédité ?

Sommes-nous condamnés à supporter les erreurs du passé, fussent-elles les nôtres où celles de nos ancêtres ?

Arzhur et Islen sont en fuite. Ils se réfugient sur les terres des parents du chevalier. Mais il n'y est pas le bienvenu. Il traîne une réputation exécrable et est accusé d'une faute impardonnable qui a causé la honte de sa famille. La princesse, quant à elle, n'arrive pas à assumer l'héritage monstrueux que lui a transmis sa mère. Elle refuse de se laisser aimer par son compagnon, par peur des conséquences. Quant au roi ..., il se lance sur les traces de sa fille pour la tuer, tout en étant manipulé par les trois harpies qui semblent nourrir un autre dessein.

Très vite, ce deuxième tome se teinte d'une atmosphère tragique. Il est difficile d'imaginer un happy end tant tout semble se mettre en place pour une conclusion dramatique. Pour ce qui est malheureusement devenu son dernier scénario, Hubert s'approprie une fois de plus des éléments classiques de la fantasy médiévale, mais qu'il malaxe et malmène pour en faire un révélateur des faiblesses de ses personnages. Il injecte également beaucoup de modernité dans les enjeux de ce récit, qui traite aussi bien de féminisme que de la toxicité des relations familiales.

Ténébreuse porte bien son titre tant cette histoire se nourrit de la part la plus sombre de l'âme humaine. Elle offre encore quelques surprises plutôt bien amenées dans son dernier acte. Même si ce diptyque n'est indubitablement pas l'une des plus grandes réussites de son regretté scénariste, il est loin d'être indigne et s'inscrit parfaitement dans une œuvre singulière et originale. Le récit est soutenu par le dessin élégant de Mallié, dont le style très loiselien convient idéalement à cet imaginaire particulier, à la fois merveilleux, inquiétant, spectaculaire et intime.

Par T. Cauvin

Lire la Suite de l'Article