Des pages noires sur noir

Il y a 3 semaines 41

Avec "Deep me", le dessinateur angevin Marc-Antoine Mathieu poursuit ses expérimentations graphiques et sa quête de sens. En jouant plus que jamais avec la radicalité du noir et blanc. 

Noir sur noir, une BD belle comme un tableau de Soulages. La couverture, la tranche… Le titre même est écrit en noir sur noir. Deep me est signé par Marc-Antoine Mathieu pour qui les BD sont des livres-objets.

Par le passé, Marc-Antoine Mathieu a pu jouer avec les pages trouées pour que le lecteur se projette à la fois dans l’instant et dans le futur de ce qu’il voit. Comme il maîtrise un noir et blanc radical, sans nuances, il a aussi proposé des images qui ressemblent à des négatifs photographiques. Il joue encore avec le temps et l’espace : une de ses plus célèbres BD a pour titre "3", car tout ce qui s’y passe ne tient que dans ce court laps de temps, où le regard du lecteur zoome dans un traveling-avant qui semble sans fin.

 L’histoire de Deep me commence dans le noir car nous – en tout cas, c’est ce qu’on imagine – dans le cerveau d’un homme plongé dans le coma.

"Ça commence comme un thriller psychologique, classique. Le protagoniste se retrouve dans le noir, sans mémoire, paralysé. Mais il entend et fait une enquête sur lui-même pour essayer de retrouver qui il est. Alors, l’histoire tourne au thriller métaphysique."

Le dessinateur Marc-Antoine Mathieu

à franceinfo

Le dessinateur Marc-Antoine Mathieu, qui est aussi scénographe, marque de son empreinte la bande dessinée depuis les années 1990. On le devine dans une perpétuelle quête de sens.

"Deep, ça veut dire profond et épais. Cette épaisseur et cette profondeur du complexe neural qui aboutit à un embrasement du cerveau et conduit à la conscience, caractérise aujourd’hui le travail des neurobiologistes."

Le dessinateur Marc-Antoine Mathieu

à franceinfo

Des pages noires sur noir, aux limites de la bande dessinée : Deep me tient de l'expérience de lecture, presque de l'expérience sensorielle. On ne vous dit pas comment tout ça se termine, mais outre le noir, la surprise est de taille.

Deep me, aux éditions Delcourt.

Lire la Suite de l'Article