Discipline

Il y a 4 semaines 62

L'histoire :

1863, Indiana, Etats-Unis : un jeune Quaker, de la communauté Amish, s'interroge sur sa différence et son devoir vis à vis de la patrie, rentrée en Sécession entre états sudistes et nordistes. Se sentant quelque peu inutile, il incorpore un bataillon et rejoint le conflit, ne cessant d'entretenir une relation épistolaire avec sa sœur restée au village. Blessé à la tête, il va être fait prisonnier avec d'autres soldats nordistes, et vivre une sorte d'enfer. Cette expérience va considérablement chambouler sa vision de la vie, tout en fortifiant sa foi, basée sur une discipline ténue.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Cette œuvre, réalisée à partir d'une riche documentation basée sur les écrits de réels quakers partis au combat, permet à Dash Shaw, lui-même issu de cette communauté, d'exprimer un ressenti profond qui doit l'accompagner depuis son adolescence. Utilisant la thématique historique, via la guerre de Sécession, il propose avec finesse une analyse de sa propre condition humaine en rapport à Dieu, qu'il (doit) honore(r). Rarement on a lu d'ouvrage de ce type mettant en avant la ferveur et les interrogations religieuses d'un auteur de bande dessinée, si ce n'est chez Craig Thompson (entre autre dans Bible Doodles, ou Blankets), lui-même issu d'une autre communauté. On pourrait aussi sans doute évoquer, dans un registre plus féminin et non américain le très intéressant et touchant Les jeunes filles vont en enfer de Thora Sherman-Friedman (Delcourt 2021). Bien connu des amateurs de romans graphiques exigeants et alternatifs, Dash Shaw a déjà été traduit en France avec une poignée de titres marquants, dont le magnifique Body World (Dargaud 2010) surprenant autant dans sa forme que son fond. Ici, il revient à un dessin bien plus épuré, au trait, et en noir et blanc, qu'il propose en petites touches très aérées - parfois avec un ou deux personnages seuls sur une page et sans texte - dans un style qui rappellera un peu celui de Ludovic Debeurme. Les dialogues sont quasi inexistants, sauf sur la fin, laissant la place à des bulles citant des prises de paroles en assemblée, un texte off descriptif des actions, ainsi que des réflexions issus des croyances de la communauté, telles des passages bibliques, faisant office d'une ligne de conduite pour le jeune homme et ses proches. Ce que l'on pense ne pas pouvoir fonctionner en termes de lecture fait finalement preuve d'une belle prouesse, démontrant une fois encore les pouvoirs de la narration graphique entre des mains expertes. Cette édition à la très belle couverture cartonnée toilée au design art déco soigné a été traduite par Martin Richet et maquettée par Hélène Duhamel. Un travail remarquable respectant une belle... discipline.

Lire la Suite de l'Article