Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, est mort

Il y a 1 année 274

On croyait Michel Vaillant disparu à jamais, reposant au bas des armoires dans les maisons de famille, et le voici en kiosque tout au long du mois d’août. Depuis lundi, nos confrères de « l’Equipe » publient en effet chaque jour trois planches du prochain album, « Collapsus »(Dupuis), attendu en librairie le 9 octobre. L’occasion de découvrir que la série, lancée dans les années 1950 par Jean Graton et reprise progressivement par son fils Philippe depuis 1994, se porte bien, sans être tout à fait la même.

Pas tout à fait une autre non plus, puisque les principaux personnages demeurent, du patriarche Henri Vaillant, patron des usines Vaillante (de moins en moins fréquentable), à Steve Warson dans le rôle du meilleur ennemi (toujours impeccable). De nouvelles aventures donc, que Graton le fils a regroupées sous le label subliminal de « nouvelle saison », pour ranimer un héros qui, avec le temps, avait fini par devenir plus kitsch que culte.

C’était il y a cinq ans dans son atelier bruxellois. Avec la petite équipe des studios Graton, qui a pris le relais du père Jean en 2000, Philippe Graton était en train de « fabriquer » le 71ème album quand il a été pris d’un doute. Une envie, soudaine, d’arrêter de produire presque mécaniquement cette série qui roulait depuis 1957, année de la parution du « Grand défi », premier album. Qui roulait, mais trop bien peut-être.

Je me suis dit que si le scénariste s’ennuie dès le départ, le lecteur s’ennuiera lui aussi. Avec le temps, Michel Vailla

Pour lire les 85 % restants,
testez l'offre à 1€ sans engagement.

Lire la Suite de l'Article