La confrérie du Far-West

Il y a 3 semaines 53

Tiburce Oger réussit le tour de force de réunir les maîtres du western pour composer la fresque "Go West, Young man".

Le confinement, l’an dernier, leur a donné le temps et l’envie de galoper dans l’ouest sauvage. Chacun avait quelque travail personnel en cours, mais les auteurs sollicités ont presque tous répondu présents pour réaliser l’album collectif Go West, Young man.

A l’origine du projet, Tiburce Oger a posé son pinceau pour réunir 16 dessinateurs et non des moindres. De François Boucq à Christian Rossi, en passant par Patrick Prugne, Paul Gastine, Olivier TaDuc, Félix Meynet, Dominique Bertail, Steve Cuzor ou encore Michel Blanc-Dumont, la fine fleur du western a affûté sa plume au service d’un unique récit.

Au fil des épisodes, de la région des grands lacs au Texas, du Kansas à l’Arizona, les styles graphiques se complètent plus qu’ils ne s’entrechoquent. Ils partagent une même approche du dessin réaliste pour mettre en scène un siècle et demi de conquête de l’ouest : le Pony express, les guerres indiennes, les hors-la-loi et les brutes de saloon, les trappeurs et la guerre de Sécession. Tiburce Oger a réuni dans son scénario tout ce qui témoigne de sa vision du western.  

"Ce que Hollywood nous vendait n’avait rien à voir avec la réalité, âpre, dure et cruelle. Mais cela n’entame pas mon amour pour des horizons libres, cette espèce de rêve américain qui a poussé les colons des 18e et 19e siècles à quitter la vieille Europe."

Tiburce Oger, le scénariste

à franceinfo

Go West Young Man, de Tiburce Oger et compagnie, sous le label Grand Angle des éditions Bamboo.

Au nombre des signataires figure aussi Ralph Meyer, qui s’est vu couronné pour l’ensemble de son travail, le week-end dernier, au 40e festival Quai des bulles de Saint-Malo. Cet automne est sorti aux éditions Dargaud le tome 6 de sa série Undertaker, sur un scénario de Xavier Dorison. Succès de librairie, Undertaker met en scène un croque mort, digne héritier du célèbre lieutenant Blueberry du duo Jean Giraud – Jean-Michel Charlier.

Les cow-boys, mais surtout les cow-girls les plus atypiques de cet automne se trouvent dans l’album Revanche du dessinateur Baladi. En fin d’ouvrage, l’auteur confie que les bandes dessinées de western l’intéressent peu. Sauf à ce qu’elles deviennent le lieu d’un propos politique caché, comme dans les fameux films italiens, qualifiés de spaghettis, des années 1960 et 1970. A nous de découvrir le message dans Revanche, aux éditions The Hoochie Coochie.  

Lire la Suite de l'Article