"Les Femmes du lien" de Vincent Jarousseau : invisibles et essentielles

Il y a 1 mois 54

Les dessins ne sont pas totalement absents mais l’essentiel de ces récits relève du photo-reportage dialogué, à la manière des romans-photos populaires de la seconde moitié du XXe siècle. "Les Femmes du lien" est signé par le documentariste Vincent Jarousseau. 

Article rédigé par

Publié le 02/10/2022 08:23 Mis à jour le 27/10/2022 11:11

Temps de lecture : 1 min.

Le documentariste Vincent Jarousseau signait, il y a trois ans, Les Racines de la colère, (Prix franceinfo 2020 de la bande dessinée d'actualité et de reportage). Il observait alors, avec son appareil photo et un magnétophone, la vie des familles précaires de Denain, dans le Nord. Il a fait de même avec huit femmes, dont on a dit pendant la crise du Covid que leurs professions étaient essentielles, mais qui restent presque invisibles.

"Sur un court laps de temps, elles ont été mises en avant. Mais les avancées législatives et la reconnaissance salariale ont été très timides. Nos sociétés contemporaines ont du mal à quantifier et à valoriser les métiers du lien."

Dans Les Femmes du lien, elles sont aides à domicile, assistantes maternelles, aide-soignantes, assistantes familiales, éducatrices spécialisées. Une courte BD, dessinée par Thierry Chavant, raconte comment elles ont embrassé leur profession. Souvent, cela a quelque chose à voir avec leur enfance et leur propre situation familiale. Ensuite, grâce aux photos et aux dialogues reconstitués, nous les accompagnons dans leur quotidien, chez les gens. Les gestes, les regards, comptent beaucoup. Nous sommes vraiment à leur côté.

Les Femmes du lien, de Vincent Jarousseau, aux éditions Les Arènes.  

Lire la Suite de l'Article