Oui, on peut adapter Piketty en BD !

Il y a 2 semaines 35
L'OBS JE M’ABONNE SANS ENGAGEMENT
 (Seuil/La Revue dessinée)

(Seuil/La Revue dessinée)

Dans « Capital et idéologie », l’économiste retraçait l’histoire de l’idéologie propriétariste. Sa transposition en « essai graphique » fait le récit d’une famille et de son destin économique sur deux siècles. Un pari audacieux et réussi.

Temps de lecture 2 min

Adapter Thomas Piketty en BD ? Le pari n’était pas gagné d’avance. Ceux qui l’ont lu savent que l’économiste possède l’art de rendre vivante l’histoire des structures économiques. Ses ouvrages n’en restent pas moins des livres d’économie, remplis de chiffres et de statistiques détaillées. Comment la bande dessinée, qui est un art de l’allusion et de l’ellipse, pouvait-elle en faire son miel, se demandait-on en découvrant l’album de Claire Alet et Benjamin Adam ? Mais dès les premières pages, on fut happé par le récit.

Thomas Piketty : les milliards d’euros que la France devrait rembourser à Haïti

Dans « Capital et idéologie », paru en 2019, Thomas Piketty se livrait à une reconstitution minutieuse de ce qu’il appelle « l’idéologie propriétariste ». Il montrait comment la propriété privée s’est déployée à travers les siècles, s’imposant à chaque période, l’esclavage, la colonisation, l’industrialisation, les guerres, les Trente Glorieuses et jusqu’à l’ultralibéralisme contemporain, avec des détours par l’histoire des castes en Inde ou du commun

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, profitez de nos offres dès 1€

Je teste sans engagement

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

Les plus lus

Dans la même rubrique

En kiosque

Lire la Suite de l'Article