Un héros "marketing" ou en phase avec son époque : le nouveau Superman bisexuel divise les fans de comics

Il y a 2 semaines 46

"Son of Kal-El", le cinquième épisode de Superman, sort mardi en librairie. Un nouveau livre qui dans lequel le fils de Superman, Jon Kent doit faire son coming-out bisexuel.

Cela faisait longtemps qu'une nouvelle aventure de Superman n'avait pas fait couler autant d'encre. Le nouvel et cinquième épisode de Superman, Son of Kal-El, est publié mardi 16 novembre. Un nouveau comic book largement commenté depuis que DC Comics a annoncé il y a quelques semaines que Jon Kent, le fils de Superman, lui-même super héros y ferait son coming-out en tant que personne bisexuelle. Une petite révolution qui vaut à ses auteurs d'être sous protection policière après avoir été menacés.

À l'accueil de la librairie Album Comics, Mahiedine, vendeur, montre le présentoir des nouveautés où il va placer ce nouveau feuilleton de DC Comics. La librairie en a commandé plus que d'habitude. "On a encore ré-augmenté les quantités parce qu'avec le buzz et la demande, on était à une quarantaine et là, on a presque doublé, explique-t-il. On n'est pas loin des 100. Pour moi, c'est juste un phénomène de communication qui a marché."

Du marketing pur et simple répètent en choeur Roméo et Antoine. "Pour moi, la sexualité d'un héros, c'est pas important", juge Roméo. "Ce n'est, à mon sens, pas central, ajoute Antoine. Et quand on connaît le personnage, je l'ai lu, il n'y a rien qui pourrait le laisser penser avant qu'il était bisexuel. C'est vraiment du marketing."

David, 45 ans, grand lecteur de comics depuis l'âge de 13 ans, se dit atterré. "Maintenant, tout le monde veut tout catégoriser. Homosexuel, bisexuel, hétérosexuel, ça reste de l'amour et je trouve ça bête de surfer sur cette vague et d'en faire de l'argent. On ne va pas lire un comics parce qu'untel est bisexuel, parce que qu'untel est noir, parce que qu'untel est asiatique", juge-t-il.

Au contraire pour Samuel 20 ans, cela est important. "C'est quand même une source d'inspiration. J'ai grandis dans l'univers des comics, indirectement j'ai du être façonnée par ces messages-là." David, un autre client, abonde.

"Je viens dans un monde avec plein de gens qui sont différents, qui ont des sexualités différentes, qui ont des couleurs différentes donc quand je lis j'aime que ça ressemble à ce que je vis."

David, lecteur de Comics

à franceinfo

Pour le journaliste Xavier Fournier et spécialiste de la bande dessinée américaine, être en phase avec la société c'est la marque de fabrique de DC Comics depuis longtemps. "DC Comics est une société qui a été souvent en avance sur ces questions-là. Les premiers personnages réguliers qui affirment leur homosexualité chez DC Comics c'est dans les années 80. Il y a deux personnages chez DC Comics qui s'appellent Apollo et Midnighter, qui sont tous les deux des parodies des Superman et de Batman, qui finissaient pas se marier", raconte-t-il.

Mais c'est plus que jamais une nécessité commerciale selon lui. "C'est revu, vendu à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, explique-t-il. Ça rebondit sur une attente, sur un public qui peut-être ne lisaient plus tellement ces bandes dessinées là en se disant que ce n'était pas pour eux parce que c'était toujours un peu les mêmes profils et d'un seul coup, ces gens qui s'étaient détournés de ces bandes dessinées là, y reviennent." Selon lui, les ventes de ce nouvel opus s'annoncent considérables.

Le nouveau Superman bisexuel divise les fans de comics - Reportage de Sandrine Etoa-Andegue

écouter
Lire la Suite de l'Article